Chers Amis,

évidemment ça ne plait pas aux syndicats qu’un avocat soit le porte parole de votre mouvement de colère.

Je vais avoir droit à toutes les attaques habituelles…

Il faut qu’on comprenne ma position sur la présomption de légitime défense que j’ai déjà largement expliquée :

Les conditions légales de l’usage de la force sont normales. On ne porte atteinte à l’intégrité d’un citoyen que si c’est indispensable. Il n’est pas question de tirer sur un type parce qu’il a une arme dans la rue. Imaginez que ce soit un policier qui ait oublié son brassard, hors service, et qu’il soit en train d’approcher une situation de danger…On ne tire que si la personne présente un danger immédiat pour la vie d’autrui.

Ensuite tout est une question d’appréciation judiciaire. Aujourd’hui les policiers sont jugés dans les mêmes tribunaux et avec les mêmes règles que les délinquants. Cela n’est pas acceptable et pose de nombreux problèmes.

Si vous bénéficiez d’une présomption de LD, elle sera combattue par le parquet et renversée par les juges sans aucune difficulté. Vous aurez donc un faux sentiment de sécurité.

Ma proposition est d’étendre les dispositions de l’article 697-1 du CPP aux forces de l’ordre faisant usage de la force, et de vous faire juger par des juridictions spécialisées.

Je vais développer ça plus longuement, mais je pense que ça règlerait plus le problème que de tenter de forcer la main aux juges…. 

Ça fait 25 ans que je défends des policiers dans les cas d’usage de la force…je pense être meilleur spécialiste que les délégués syndicaux en la matière !

Bien à vous.