Ils étaient près d’un centaine à Kaboul, une cinquantaine à Paris : les ex-interprètes afghans de l’armée française déployée en Afghanistan jusqu’à la fin 2014 ont réclamé mardi des visas pour ceux restés au pays, où ils sont menacés par les insurgés islamistes……Lire l’article

Advertisements