L’auteur de ces dégradations avait sectionné à 173 reprises le faisceau électronique d’un ravitailleur de l’armée qui était alors en maintenance à NIMES.

Après son placement en garde à vue le 19 avril 2017, il a été libéré et convoqué devant un juge le 15 mai 2017.

Publicités