Derrière la façade Art Déco du 4, place de La Chapelle (XVIIIe), la copropriété est au bord de la crise de nerfs. Dans ce secteur où les femmes se sentent en insécurité, et où la préfecture de police et la Ville de Paris ont annoncé vendredi des mesures pour lutter contre les trafics en tous genres, l’immeuble est plus particulièrement devenu, au fil des années, le repaire de consommateurs de drogue et de vendeurs. « Parfois jusqu’à 10 ou 11 d’entre eux occupent le hall, soupire une habitante de l’immeuble. D’ailleurs les portes ont été cassées pour rendre l’accès plus facile. Les stupéfiants sont cachés dans l’immeuble »…….Lire l’article complet

Merci Christine Petit 

Publicités