De nombreux gardiens du centre de détention de Muret, dans la banlieue de Toulouse, se sont mis samedi en arrêt maladie pour « burn-out » alors qu’ouvraient les nouveaux parloirs nécessitant plus de personnels, selon des sources syndicales.

La moitié des gardiens inscrits au tableau de service du matin et les trois quarts de ceux de l’après-midi ont présenté un arrêt de travail, a expliqué Laurens Maffre (UFAP), au nom de l’intersyndicale, précisant que des cadres et du personnel avaient été rappelés pour faire fonctionner l’établissement réservé aux condamnés……Cliquez ici pour lire l’article en entier

Publicités