Lille (AFP) – Nouveau rebondissement dans le dossier des migrants de Calais, le tribunal administratif de Lille a ordonné lundi en référé une batterie de mesures d’aide à cette population actuellement livrée au dénuement, tout en écartant la réouverture sur place d’un centre d’accueil d’urgence. Sous 10 jours, avec une astreinte de 100 euros par jour de retard, le juge a ainsi exigé des autorités la mise en place de plusieurs points d’eau, de sanitaires et de douches afin d’éviter que les réfugiés errant actuellement dans le Calaisis, entre 400 et 600, ne soient « exposés à des risques de traitements inhumains et dégradants ». Cette décision a été saluée par les défenseurs des droits des migrants……Cliquez ici pour lire la suite

Publicités