Quand la flamme est éteinte, elle l’est souvent pour de bon. Début septembre, un policier liégeois a décidé de remiser l’uniforme au placard. Il s’en explique dans une lettre ouverte. « La police que j’ai aimée m’aura finalement rendu inquiet, triste et fatigué », dit-il……Cliquez ici pour lire la suite

Publicités