L’incident avait marqué l’entre-deux-tours des législatives: l’agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet comparait mardi devant le tribunal correctionnel de Paris pour violences et outrage «sur personne chargée d’une mission de service public»……Cliquez ici pour lire la suite

Publicités