Dans le kiosque de Sylvie, la pile de Paris Match ne peut être plus mince. A 17 heures ce jeudi, cette buraliste installée face à la promenade des Anglais ne dispose plus que d’un exemplaire du magazine. « Il se vend très bien, dit-elle. Ce n’est pas grâce à la couverture mais grâce au buzz et ce que l’on peut voir à l’intérieur. » A l’intérieur, des photos issues des caméras de vidéosurveillance montrant le camion blanc fonçant dans la foule et le terroriste criblé de balles le 14 juillet 2016, lors de l’attentat qui a meurtri Nice……Cliquez ici pour lire la suite

Publicités