Les services de police judiciaire et du Renseignement territorial n’avaient plus accès à Internet depuis la cyberattaque de grande ampleur de mai dernier, liée au ransomware WannaCry, apprend-t-on dans Le Canard enchaîné de ce mercredi. Peu pratique pour traquer des criminels, en 2017.

Certains ordinateurs du ministère de l’Intérieur ayant été touchés par l’attaque, celui-ci avait décidé de restreindre l’accès au web « le temps de sécuriser » les machines……Cliquez ici pour lire la suite

Merci Yann Courguignon

Publicités