uillet avait commencé sous le signe de la malédiction pour la police militaire de Rio. En un week-end, trois policiers avaient été tués par balles. Puis le carnage a continué, dix autres sont morts dans le courant du mois. Le début du mois d’août a débuté, lui, par une vaste opération contre les bandes armées sévissant dans plusieurs favelas de Rio de Janeiro, qui s’est soldée, samedi 5 août, par au moins deux morts. Un an après la ferveur des Jeux olympiques, la « cité merveilleuse » est rattrapée par cette maladie chronique de l’insécurité qu’elle traîne depuis des décennies.

Le bilan est de 93 morts dans les rangs de la police depuis le début de l’année. Presque un tous les deux jours. Au cimetière Jardim de Saudade, dans la banlieue nord de la ville, un tube des Pink Floyd grésille dans les haut-parleurs du premier corbillard. Près d’un millier de personnes sont venues faire leurs adieux au sergent Marcio Rodrigues. « Voila le résultat du chaos qui règne à Rio ! », s’indigne son chef, Eduardo Nogueira. La peur de finir comme statistique mine la police…….Cliquez ici pour lire la suite

Publicités